Le laser Er:YAG en maintenance parodontale sur les sites à risque

Un article paru dans le Dental Tribune International de mars 2015 :

La maintenance parodontale est la clé du succès dans la prise en charge des parodontites (Axelsson et Lindhe, 1981). Elle a pour objectif de stabiliser l’équilibre microbien rétabli après la thérapie parodontale initiale (Kornman, 1997). L’approche chirurgicale systématique après la thérapie initiale ne s’impose plus comme le standard thérapeutique (Heitz-Mayfield L. J., 2005).

La parodontie s’inscrivant dans l’évolution de toutes les techniques chirurgicales de la médecine en général, s’oriente depuis quelques années vers une approche non invasive ou non-chirurgicale pour accéder au nettoyage profond du parodonte. Les protocoles non chirurgicaux plus respectueux des tissus parodontaux nous ont montré leur efficacité (Badersten et Egelberg, 1990, 1987, 1985, 1984, 1981), mais nous contraignent à laisser des sites à risques qui peuvent être complexes à gérer en maintenance parodontale (Cobb, 2002 ; Becker et al., 1988). Les atteintes de furcations radiculaires et les poches parodontales résiduelles supérieures à 4 mm, sont la réalité quotidienne des parodontistes et hygiénistes en charge de la maintenance de leurs patients.

Nous voudrions ici, à travers une revue de littérature des propriétés physiques et biologiques du laser Erbium:YAG (Er:YAG), montrer l’intérêt qu’il peut avoir comme outil de prévention, dans les protocoles de maintenance sur les sites parodontaux à risques.


La suite est ici

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *